Viaskin® vise à exploiter les puissantes propriétés immunitaires de la peau

L’immunothérapie épicutanée (EPIT®)

Notre traitement, encore expérimental, est basé sur l’immunothérapie épicutanée, appelée EPIT. Cette nouvelle classe d’immunothérapie repose sur la technologie Viaskin pour administrer des composés biologiquement actifs au système immunitaire à travers une peau intacte.

Chez les patients souffrant d’allergies alimentaires potentiellement mortelles, l’EPIT a pour objectif de les désensibiliser aux allergènes impliqués en libérant, dans les couches externes de la peau, de faibles quantités de molécules actives. En agissant ainsi, l’EPIT peut potentiellement réduire le risque de réactions liées à l’ingestion accidentelle de l’allergène.

En agissant dans la peau, l’EPIT présente un profil de sécurité potentiellement favorable. L’innocuité est essentielle pour les patients souffrant d’allergies alimentaires, car l’introduction dans la circulation sanguine de l’allergène peut entraîner des réactions sévères ou potentiellement fatales, telles que le choc anaphylactique.

Un traitement unique alliant science et technologie

Viaskin fournit des informations au système immunitaire avec un profil de tolérance potentiellement favorable.

Une fois appliqué sur la peau, Viaskin crée une chambre de condensation qui hydrate la peau et solubilise l’allergène, lui permettant ainsi de pénétrer dans l’épiderme.

L’antigène solubilisé est capturé par les cellules de Langerhans dans l’épiderme. Aucun passage sanguin n’a été détecté sur les modèles étudiés à ce jour.

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus

Mécanisme d’action de l’EPIT®

Notre mécanisme d’action vise à cibler des cellules dendritiques spécifiques de l’épiderme, appelées cellules de Langerhans. Les recherches précliniques ont montré que ces cellules capturent les antigènes et migrent vers les ganglions lymphatiques dans le but d’activer le système immunitaire sans que l’antigène ne passe dans la circulation sanguine.

Les recherches précliniques ont montré qu’en acheminant l’allergène directement vers les ganglions lymphatiques, par l’intermédiaire des cellules de Langerhans, l’EPIT active des lymphocytes T régulateurs (Treg) spécifiques capables de diminuer la réaction Th2 à l’allergène. L’absence de passage de l’allergène dans la circulation sanguine, tel que démontré dans les modèles précliniques, pourrait permettre d’obtenir un profil de sécurité et de tolérance favorable pour les patients.

Viaskin et allergies alimentaires

Notre patch Viaskin permet une exposition continue à l’antigène, ce qui pourrait contribuer à entraîner une désensibilisation durable. Le patch Viaskin contient la protéine allergénique dans son état original, ce qui permet une exposition continue de la peau à l’allergène.

Grâce à sa facilité d’utilisation et à son potentiel profil de sécurité favorable, l’EPIT pourrait constituer une option thérapeutique pour les patients souffrant d’allergies alimentaires, y compris pour les très jeunes enfants. Il pourrait ainsi réduire potentiellement le risque de réactions liées à l’ingestion accidentelle de l’allergène. Si elle est utilisée dans le cadre d’un traitement précoce des allergies chez l’enfant, cette approche pourrait également contribuer à empêcher la progression de la maladie chez ces patients ou à empêcher le développement d’autres allergies.

Éléments clés du mécanisme d’action de Viaskin

Le patch, qui contient en son centre une couche sèche d’allergènes, est positionné sur la peau intacte, sans préparation préalable.

La chambre de condensation formée entre la peau et le centre du patch entraîne une hyperhydratation de la peau et une accumulation d’eau.

L’accumulation d’eau solubilise l’allergène. Sous l’effet de la chambre de condensation, l’épiderme devient plus perméable, ce qui permet à l’allergène d’y pénétrer.

Une fois dans l’épiderme, l’allergène est capturé par une population de cellules hautement spécialisées : les cellules de Langerhans. Ces cellules peuvent capter la protéine à la surface de la peau, la traiter et présenter ses épitopes aux lymphocytes présents dans les ganglions lymphatiques.