DBV vise à exploiter les puissantes propriétés immunitaires de la peau

Les informations contenues ici sont en cours d’investigation clinique. Actuellement, le produit et la technologie n’ont pas été approuvés par les autorités réglementaires et ce dans aucun pays, y compris aux Etats-Unis et au sein de l’Union Européenne, et cela pour tout usage ou commercialisation.

Notre traitement, encore expérimental, est basé sur l’immunothérapie épicutanée, appelée EPIT®. Cette nouvelle classe d’immunothérapie est conçue pour utiliser la technologie exclusive Viaskin® pour administrer des allergènes au système immunitaire à travers une peau intacte.

Chez les patients souffrant d’allergies alimentaires potentiellement mortelles, cette possible immunothérapie a pour objectif de les désensibiliser aux allergènes impliqués en libérant, dans les couches externes de la peau, de faibles quantités de molécules actives.

Une alliance de la science et de la technologie

Dans nos études précliniques, Viaskin a été étudié pour déterminer si des informations sur les allergènes étaient fournies au système immunitaire.

Une fois appliqué sur la peau, Viaskin a été conçu pour créer une chambre de condensation qui hydrate la peau et solubilise l’allergène, lui permettant ainsi de pénétrer dans l’épiderme.

L’antigène solubilisé est alors supposé être capturé par les cellules de Langerhans dans l’épiderme, ce qui entraine donc une présence limitée de l’allergène dans la circulation sanguine.

Les informations contenues dans cette vidéo sont en cours d’investigation clinique. Aucun produit ou technologie n’a été approuvé pour commercialisation par les autorités réglementaires et de santé dans aucun pays, y compris aux Etats-Unis ou au sein de l’Union Européenne.

Le potentiel mécanisme d’action de l’EPIT®

Notre EPIT, encore expérimental, vise à cibler des cellules dendritiques spécifiques de l’épiderme, appelées cellules de Langerhans. Les recherches précliniques ont montré que ces cellules capturent les antigènes et migrent vers les ganglions lymphatiques dans le but d’activer le système immunitaire.

Les recherches précliniques ont montré qu’en acheminant l’allergène directement vers les ganglions lymphatiques, par l’intermédiaire des cellules de Langerhans, l’EPIT active des lymphocytes T régulateurs (Treg) spécifiques capables de diminuer la réaction Th2 à l’allergène.

Viaskin et les allergies alimentaires

La plateforme technologique Viaskin est étudiée afin de déterminer si elle permettrait, par une exposition continue à l’antigène, de potentiellement fournir une désensibilisation durable. Viaskin contient la protéine allergénique dans son état original, ce qui permettrait à la peau d’être continuellement exposée à l’allergène.

Éléments clés du mécanisme d’action de Viaskin

Le patch, qui contient en son centre une couche sèche d’allergènes, est positionné sur la peau intacte.

La chambre de condensation formée entre la peau et le centre du patch entraîne une hydratation de la peau et une accumulation d’eau

L’accumulation d’eau solubilise l’allergène. Sous l’effet de la chambre de condensation, l’épiderme devient plus perméable, ce qui permet à l’allergène d’y pénétrer.

Une fois dans l’épiderme, l’allergène est capturé par une population de cellules hautement spécialisées : les cellules de Langerhans. Ces cellules peuvent capter la protéine à la surface de la peau, la traiter et présenter ses épitopes aux lymphocytes présents dans les ganglions lymphatiques.

Le mécanisme par lequel la désensibilisation se produit exactement est encore en cours d’étude.